lundi 8 février 2016

ღ Lettre à mon corps ღ

Très rare que je vais partager des textes qui ne sont pas de moi mais celui-ci est trop beau
pour le passer sous silence.
J'ai tellement souffert au fils des ans avec ce corps que j'ai aussi maltraité, injurié, renié. 
Je travaille sur l'acceptation de mon corps depuis quelques mois et bien que j'en approche, 
j'ai encore du travail à faire. Mais je vais l'aimer et lui faire du bien car il le mérite, malgré 
ses formes, ses douleurs, son âge, malgré tout....je vais t'aimer mon corps ♥


Bonjour mon corps,
C’est à toi que je veux dire aujourd’hui combien 
je te remercie de m’avoir accompagné 

si longtemps sur les chemins de ma vie.
Je ne t’ai pas accordé l’intérêt, l’affection ou plus
simplement le respect que tu mérites.

Souvent, je t’ai même maltraité, matraqué de 
reproches violents, ignoré par des regards 
indifférents, rejeté avec des silences pleins de doutes.

Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé, que j’ai le plus trahi.
Et aujourd’hui, au mi-temps de ma vie, un peu ému, 
je te redécouvre avec tes cicatrices secrètes, avec 
tes lassitudes, avec tes émerveillements et tes possibilités.

Je me surprends, surprends à t’aimer, mon corps, 
avec des envies de te câliner, de te choyer ou te donner du bon. 
J’ai envie de te faire des cadeaux uniques, de dessiner 
des fleurs et des rivières sur ta peau, de t’offrir du Mozart, 
de te donner les rayons du soleil et de t’introduire aux rêves des étoiles. 
Tout cela à la fois dans l’abondance et le plaisir.

Mon corps, je te suis fidèle. 
Oh, non pas malgré moi, mais dans l’acceptation profonde de ton amour. 
Oui, j’ai découvert que tu m’aimais, mon corps. 
Que tu prenais soins de moi, que tu respectais ma présence.
Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître, 
pour me laisser être, pour me laisser grandir avec toi ! 
Combien d’accidents as-tu traversés pour me sauver la vie !

Mon corps, maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus. 
Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune…. 
Et quoi qu’il arrive, nous vieillirons ensemble. émoticône heart émoticône heart

Jacques Salomé

Une pièce musicale que mon corps aime car il frisonne chaque fois qu'il l'entend ♪♫

dimanche 7 février 2016

ღ Allumer sa caméra ღ



Prends-tu le temps de respirer? Le temps de voir, de ressentir la vie?

J'ai appris à ''allumer ma caméra'', me placer en état d'éveil. De prendre 
conscience réellement, en physique, en sensation, en touchant, en écoutant, en 
sentant...mettre tous mes sens en action.


Comment s'y prendre? C'est très simple. Comme premier exercice, préparer une belle salade 
de fruit. Il te faudra 3 à 4 fruits, un couteau, une planche à découper et un grand bol.
Commence par sentir les fruits, un à un, en fermant les yeux. Prends le temps de les caresser
dans tes mains, sentir leurs textures, leurs formes. Ensuite, coupe le fruit mais très
lentement, pour écouter le bruit et ressentir la lame qui coupe
la chair. Regarde ensuite l'intérieur du fruit, sens-le, goûte-le.
Ouvre tous tes sens en te concentrant que sur ce que tu fais, 
sur les couleurs, goûts et textures. Fais les même actions pour
chaque fruit. Une fois tous les fruits dans le bol, regarde 
encore le jeu des couleurs. Passe tes doigts entre les fruits.

Et tout cela, tu le fais lentement, pour chaque étape. Quand tu
voudras manger de ta salade de fruit, tu en savoureras chaque goût, en fermant les yeux encore une fois. 


Déjà, c'est un bon exercice pour allumer sa caméra. Par la suite, essaie sous la douche, en
fermant les yeux et ressens l'eau qui coule sur ton corps, sa chaleur. Imagine que chaque
particule de ton corps est réchauffé par cet eau.

Tu peux ensuite essayer cette technique pour plusieurs activité de ta vie courante.
Lentement, au fil du temps, tu te rendras compte que tu vibres avec ton univers, ton 
environnement et tu seras plus centré sur le ici et maintenant. Tu savoureras ta vie au 
moment présent.

Vibrer avec ce que l'on fait ou ce que l'on voit est tellement stimulant et inspirant. Cela nous 
aide à s'ouvrir à la vie. J'imagine qu'une caméra capte tout ce que je fais et cette caméra, 
j'aime à imaginer que c'est mon coeur ♥
émoticône heart
Essaie, tu verras que c'est bon de filmer sa vie de cette façon!!! 


vendredi 5 février 2016

ღ Les mots ღ



Une amie m'a fait prendre conscience il y a
quelques mois, que je disais très
souvent...''Ça pas de bon sang''...je sais que
c'est ''sens'' et non ''sang'' mais la 
prononciation que j'en faisais sonnait 
comme ''sang''...et le pire, j'ai 2 maladies de 
sang sévères donc, cela m'a comme saisit de
réaliser que ces mots avaient un lien avec 
mon corps. Elle trouvait cette phrase très
négative. Je n'avais pas réaliser à quel point.
Je le disais à toutes les sauces...autant pour 
les bonnes choses que les mauvaises. Je vais
changer mon vocabulaire pour ''c'est 
merveilleux'' ''c'est génial'' ou ''ben voyons 
donc'' ''c'est dommage'' etc...


De son côté, elle me racontait qu'il y a longtemps, elle disait toujours...''ça pas d'allure''...et 
elle n'arrivait pas à s'aimer physiquement. Elle a réaliser que ce qu'elle disait avait aussi un
lien avec la façon qu'elle se sentait.

Je disais aussi très souvent ''je l'aime, c'est écoeurrant'' et une personne m'a dit une 
jour...''moi quand ça m'écoeurre, c'est que je n'aime vraiment pas ça''. Depuis, j'essaie de ne
plus le dire. 

Donc, faisons attention à nos paroles, pour qu'elles soient positives et en accord avec nous.




De même pour la façon dont nous parlons
aux autres, choisissons les bons mots, les
bonnes expressions, les bonnes émotions. 
Et c'est encore plus dangereux par le virtuel 
car la barrière de l'écran cache parfois des
intonations et on se fait souvent une 
mauvaise interprétation. Par la suite s'en 
suit des malaises, des explications qui enlève
tout le charme d'un beau dialogue. 






Tant qu'aux insultes, que ce soit devant la
personne même ou en son absence, il est
important de les bannir de notre
vocabulaire. Honnêtement, quel plaisir 
trouve-t-on à insulter les autres? Je le
faisais tellement souvent et ça vient de très
loin, de mon enfance car entre enfant, on
peut être très méchant et les mots volaient
très bas, comme le dit l'expression. En 
vieillissant, j'avais encore cette mauvaise 
habitude, surtout quand j'étais en colère ou 
quand je parlais d'une personne que je 
n'aimais pas. J'ai compris depuis que ça ne mène à rien, sauf de blesser l'autre et ça ne calme
en rien la colère. 



Donc, pour tout, tout le temps et en tout lieu, choisissons le 
mot juste. Pour s'exprimer, pour parler de soi, parler des 
autres, nos expressions courantes, disons les vraies choses,
telle qu'elles sont. 







ღ Le rêve ღ



Il fait partie de notre vie depuis que nous sommes petit.
Il nous réconforte très souvent 
Il nous fait peur aussi parfois
Il fait partie de nos nuits

Mais qu'en est-il de nos rêves éveillés?
Nous rêvons souvent d'une certaine vie
D'être mieux, d'être heureux
On veut encore et toujours plus
Et souvent, nos rêves semblent démesurés

Le rêve est quand même important dans une vie
Mais si on ne vit que pour nos rêves, on ne s'aperçoit pas que nous en vivons au moment
présent
Il est bon de rêver mais il est encore meilleur de vivre
De laisser venir à nous et réaliser que nos rêves sont parfois à la portée de notre main
Plus on cherche, moins on trouve

Laissez la vie venir à vous
Oui, rêvez mais sans en être trop accrocher

mercredi 3 février 2016

ღ Laisser aller...ღ

Au cours de notre vie, on doit laisser aller très souvent.
On quitte une garderie, une école, des professeurs.
On quitte par la même occasion des amis d'enfance.
On quitte ensuite des amours d'adolescence.
On se bâtit une vie et on quitte le nid familial.
Tout au long de notre chemin, on quitte tôt ou tard.
Bien entendu, quand on quitte, c'est pour trouver autre chose 
ailleurs qui nous fera avancer encore plus, nous fera grandir.
Chaque étape de la vie est importante, autant les découvertes 
que les aurevoir.


Mais malgré tout...
On a très souvent mal de laisser aller.
On veut s'accrocher, à tout prix.
On doit alors chercher pourquoi on s'accroche?
Qu'est-ce qui nous rend si triste?
La peur du rejet, de l'abandon?
Le contact avec cette personne, l'énergie?
Une fois que l'on trouve les vraies raisons de cette peine, on peut travailler sur le problème
 et il est plus facile ensuite de...


Laisser aller...Au lieu de s'accrocher...






ღ Le bonheur ღ



Qu'est-ce que le bonheur?

Selon moi, on doit se rappeler que la vie n'est pas que noire ou grise.

Se rappeler que nous pouvons avoir du bonheur à travers nos tracas.
Se dire aussi que parfois, on n'a pas le bonheur facile, ce n'est pas ancré en nous mais de voir
et t'entendre les gens parler du bonheur, ça réveille une petite flamme en nous. 

Le bonheur peut aussi être contagieux, autant qu'une grippe mais pour cela, il faut ouvrir

son coeur.
Le bonheur ça s'apprend, jour après jour, c'est un travail constant quand on ne l'a pas 
automatiquement dès notre réveil.

Aujourd'hui, en ce jour et pour le reste de ma vie...

Je décide de goûter au bonheur, à plein poumon
Je respire et laisse entrer le bonheur


ღ L'envers du décor ღ



On vit, sans jamais se demander vraiment...qui se cache à l'envers du décor? Notre vie 
devient souvent de l'automatisme, ce qui doit se faire se fait, ce qui doit être est...On vit
parfois même sans se voir vraiment.

On vit aussi des événements à répétition, des patterns et on maudit les autres, la vie, nous-
même aussi au lieu de regarder vraiment l'envers du décor.


Voir l'envers du décor, c'est de s'asseoir et de réfléchir avec son coeur, prendre le temps de 
faire des constats. On a parfois besoin d'aide pour les faire ces réflexions quand ça se 
bouscule dans notre tête. Il est bon d'aller en chercher de l'aide car tant que nous ne 
regarderons pas l'envers du décor, les même scènes, les même patterns reviendront encore 
et encore.

Je vous donne un exemple. J'étais du genre à ne pas continuer ce que je commençais. J'étais 
aussi du genre à m'asseoir sur le bout de ma chaise, près d'une porte. Je suis du genre à 
quitter facilement, soit des gens, des situations.

À force de recherche, de cheminement et de réflexions, j'ai trouvé pourquoi...et ça remonte
à mon enfance. Vers l'âge de 4 et 5 ans, je me retrouvais souvent dans la cuisine, près de la 
porte d'entrée. Ma mère me réveillait et m'emmenait dans mon lit. J'ai su aussi, à travers 
une hypnothérapie, la raison, que je ne dirai pas ici. Mais mon besoin de me sentir prêt à 
partir, me sauver, quitter, vient de cet événement.

J'ai pris le temps de regarder l'envers du décor et aujourd'hui, je travaille à ne plus me 
sauver, rester et persévérer. Il y a d'autres points à corriger suite à cet événement mais j'en
parlerai plus en détail dans un prochain livre. Mais je voulais ici expliquer pourquoi c'est si 
important de voir l'envers du décor. Du moins, quand nous sommes malheureux d'une
situation, de patterns répétitifs qui nous font mal.

Essayez de comprendre, de regarder l'envers du décor...



ღ Mieux surfer ღ



Notre vie est comme un océan
Tantôt le calme plat où on peut voir loin à l'horizon
Tantôt d'immenses vagues qui nous bousculent
Au point d'en avoir le mal de mer, de perdre pied

On ne peut contrôler l'océan, la nature
Donc, pourquoi tenter de contrôler sa vie?
Difficile parfois de suivre la vague, surtout quand elle nous submerge
Mais plus on se débat à vouloir nager
Plus nos forces vont nous lâcher et on risque de caler au fond

Mieux surfer avec sa vie veut aussi dire de lâcher prise
De laisser la vie faire les vagues et se maintenir la tête hors de l'eau
Attendre que la tempête passe pour ensuite...revoir l'horizon


mardi 2 février 2016

ღ Apprendre à se tenir debout ღ


(Écoutez cette magnifique chanson pendant la lecture)

J'ai le petit livre ''La petite voix'' de Eileen Caddy, que j'ouvre de
temps à autre, aléatoirement, en me posant une question. Il y a 
quelque temps, je me suis posé la question ''Est-ce que je suis 
correct avec mes nouvelles façons de penser, d'agir, en général
dans ma vie?'' Car ma vie change de jours en jours. Je ne vois 
plus certaines choses de la même façon. Je me sens plus sereine
mais à la fois plus inquiète car mon univers aussi change. Des 
gens ne sont plus dans ma vie, d'autres s'ajoutent, je prends des 
décisions en fonction de mon bonheur à moi, enfin, et je protège
mon cocon de plus en plus. Je me suis inscrite aussi à une
formation à long terme. Voici la réponse que j'ai eu en ouvrant
le livre...
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Comment peux-tu t'attendre à vivre une vie spirituelle profonde si tu n'es pas prêt à faire un 
effort en ce sens? Tu ne peux pas vivre à travers l'expérience, les gloires et les triomphes des
autres, par l'unité des autres âmes. C'est une chose que tu dois chercher et trouver par toi-
même. Commence dès maintenant à penser par toi-même et à te tenir debout sur tes deux 
jambes et cesse de t'appuyer sur qui que ce soit. Lorsqu'une personne s'est appuyé sur des
béquilles pendant un certain temps et si elle n'a pas le désir de les jeter pour faire l'effort de
marcher sans elles, elle traversera la vie en dépendant d'elles et perdre complètement
l'usage de ses jambes.

C'est pourquoi il est vital pour toi de te tenir sur tes propres jambes, spirituellement, et de
recevoir ton inspiration de l'intérieur et non de l'extérieur. Chacun le recevra de façon 
différente. Il n'y a pas de modèle tout fait. Trouve ta façon et commence à la vivre 
maintenant.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Et en plus, peu de temps avant, j'avais lu un texte de mon amie, Sylvie Petitpas, qui disait un
peu la même chose...

Sylvie étant auteure, conférencière et animatrice, j'aime ses écrits qui nous font toujours
réfléchir sur la vie, sur notre façon de voir certains événements. Une femme d'une grande 
sagesse.

La recette du bonheur… 

Concoctez la vôtre, elle aura bien meilleur goût!

Vous pouvez trouver plusieurs « recettes » du bonheur
dans les livres, dans les films, dans les conférences et
dans les ateliers de développement personnel. Ces
recettes contiennent toutes des ingrédients parfois
essentiels, souvent intéressants, mais dont le mélange
n’est pas toujours adapté à votre réalité.

Votre recette n’est pas celle du voisin ou de la voisine.
Prenez donc le temps nécessaire pour concocter votre
propre recette, à partir de vos propres besoins, désirs
et aspirations, en tenant bien compte de votre histoire
personnelle. Ne calquez pas votre recette sur celle des
autres.

Faites appel « au chef » ou « à la chef » en vous et mettez-vous à l'oeuvre! Et si votre recette
n’est pas à votre satisfaction, continuez à inventer, à innover, jusqu’à ce que votre âme vous
dise : « Et voilà! Nous y sommes! » C’est là que vous saurez, sans l’ombre d’un doute, que
vous avez enfin trouvé « votre » recette du bonheur, celle qui vous permettra de vous 
dresser librement dans la lumière.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Donc, tout m'indiquait cette journée-là que j'étais sur la bonne voie, le bon chemin. Comme
quoi, il n'y a jamais de hasard.
Apprendre à ''Se tenir debout''.....